Depuis longtemps, nous avons constaté chez Nommart, que de nombreux internautes en train de créer leur entreprise ou leur marque, se connectaient sur notre site en tapant la requête “générateur de nom gratuit“. Nous avons souhaité faire un point sur l’utilité de ces générateurs de noms, et leurs limites.

Le générateur de noms : pour construire sa réflexion

Les générateurs de noms de marque présentent en général deux types de fonctionnement. Les premiers vont associer deux mots clés que l’internaute aura saisi au préalable (comme par exemple Lean Domain Search). Les seconds vont construire des syllabes autour d’un radical qui est entré par le visiteur (comme Wordoïd). Ce sont deux fonctionnements assez basiques, mais qui donnent des débuts de résultats. Le gros inconvénient pour nous Français, est que ces générateurs sont presque tous élaborés pour un public de langue anglaise. Il y a aussi des générateurs qui fabriquent des noms “au hasard” mais là, on se demande un peu comment les utiliser, à moins de vouloir créer une entreprise qui s’appellerait “sphinx rouge” ou “azur shaker”… bizarre.

Le bénéfice offert par ces générateurs existe néanmoins. Ils permettent de construire un nom si l’on est absolument sûr du radical que l’on veut utiliser. Par exemple, si l’on est sûr de vouloir utiliser le radical “assur-” parce que ‘on travaille dans le domaine des assurances, alors le générateur de nom va proposer des pistes. Le problème, c’est qu’une telle recherche n’est pas très créative. En effet, on s’ennuie pas mal avec un nom aussi terne que assur-machin pour un cabinet s’assurances ! On utilisera donc ces sites lorsque l’on a trouvé un radical un peu original, et qu’on veut tester des hypothèses variées pour finaliser son nom unique.

Lorsque le générateur de nom fonctionne par association de deux mots (ou trois) on s’ennuie encore plus. Le générateur se borne à essayer les différents collages possibles et à vérifier si l’URL .com ou .net correspondant est disponible ou non. Ça n’aide pas trop l’internaute qui cherche quand même à faire mieux que “assurtranquille” ou “zenvoyage”. Mais cela satisfait certains entrepreneurs qui ne veulent pas perdre de temps et déposer leurs statuts d’entreprise vite-fait !

La question juridique du dépôt de nom à l’INPI

L’un des pièges que ne peut pas éviter le générateur de nom, c’est la question juridique du nom de marque ou du nom d’entreprise. En effet, nul ne dit que le magnifique “passionvoyage” que l’on a créé avec un générateur n’est pas déjà déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). Ou que ses voisins ressemblant comme “Passions Voyages” (en 2 mots au pluriel) ou “Passion voyagiste” (trop ressemblant) ne sont pas déjà déposés également. Car avec presque 100.000 noms déposés chaque année à l’INPI, le risque de se retrouver en conflit avec une marque déjà enregistrée est devenu énorme !

La question de l’impact et de l’originalité du nom

Lorsque l’on construit son nom de marque, on est souvent au début d’une entreprise. Et celle-ci doit aller loin, et s’imposer sur son marché et générer des ventes. Cela est favorisé par un nom intéressant, unique, que l’acheteur mémorisera facilement. Les générateurs de noms ne sont pas champions pour cela. Ils proposent de solutions de dépannage basiques, mais ne peuvent pas créer des noms aussi intéressants que “Adopte un Mec”, “BlaBlaCar”, “Respire” (déodorant) ou “Ravage” (lingerie). Or c’est avec ces noms que les marques étonnent et performent. Alors comment faire ?

La solution de l’agence de naming

L’agence de naming regroupe des experts qui savent non seulement éviter tous ces pièges juridiques, mais aussi se projeter précisément dans l’histoire du client et son marché pour lui proposer des noms uniques, originaux, faciles à prononcer et à mémoriser, qui vont créer un attirance pour les prospects de la marque. Cela peut aller assez vite et oui, cela a un coût, cela n’est pas gratuit, car c’est un travail très pointu. Mais qu’est-ce que ce coût comparé à… celui d’une bataille juridique ? de devoir changer de marque et de refaire son site web parce qu’on a été débouté en justice ? au chiffre d’affaires supplémentaire que l’on va générer avec un bon nom dans les cinq années suivantes ? L’agence de naming a un coût, certes, mais c’est le meilleur investissement que l’on puisse faire lorsque l’on crée sa marque, car c’est l’un des plus productifs !.

Nicolas Wallyn. Président de l’agence NOMMART